AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Why does so strange places exist in this world? / with Vofa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hanna M. Creasey
    Enjoy the life - Com' on Guys

avatar

Féminin
.âge : 24
.date d'inscription : 18/06/2009
.messages : 38
.credits : (c)Capri4


─ Secret Tale ─
.who i am: consultante en journalisme
.desire: enjoy myself
.address book:

MessageSujet: Why does so strange places exist in this world? / with Vofa   Ven 26 Juin - 20:29

    En ce début d'après-midi, Hanna ne savait pas trop comment passer le temps. Dans deux heures, elle devrait retourner travailler au journal, mais n'ayant rien à faire de particulier, elle avait décidé de passer ces deux heures dans un café assez réputé de Londres. Avec un peu de chance, elle pourrait rencontrer un homme qui l'occuperait assez...

    Elle s'était donc installée à une table, avait commandé un cocktail, et attendait en le sirotant qu'un homme passe la porte et lui tape dans l'oeil. Elle attendit bien une demie-heure avant que celui-ci veuille bien arriver. Son regard perdit son air complètement neutre quand un grand brun passa la porte du café. Immédiatement, elle se redressa, prit une pose séduisante qui se voulait naturelle. Du coin de l'oeil, elle le dévisageait, alors qu'il commandait un café fort. Puis, il s'approcha de Hanna.

    La jeune femme lança un regard aguicheur à l'homme, mais celui-ci ne le remarqua pas. Il alla simplement s'asseoir à une table au fond de la salle. Hanna sentit un pincement de déception apparaître en elle. Mais elle n'abandonna pas la partie pour autant. Elle choisit son plan B favori : lui faire croire être une connaissance. Elle se leva, prit son cocktail dans la main, et s'approcha d'un pas volontaire de l'homme qui, à peine assis, avait déjà bu une bonne moitié de son café.

    "Hey! Ça fait un bail dis donc, je me demandais comment tu allais depuis le temps! Tu fais quoi de beau en ce moment?"

    L'homme lui lança un regard d'incompréhension totale. C'était en effet assez rare que des hommes répondent autrement que par le "Pardon?" qu'il lui adressa. Mais Hanna connaissait son plan par coeur.

    "Ne me dis pas que tu ne te souviens pas de moi, voyons! On arrive pas à m'oublier facilement, pourtant!"

    L'homme sembla réfléchir un instant, puis hocha négativement la tête.
    "Bon, si ça peut te rafraichir la mémoire, moi c'est Hanna..."
    C'était cela l'avantage d'avoir un prénom passe-partout. Dans Londres, chaque habitant connaissait plusieurs Hannas, sans compter celles rencontrées lors des études. Et la jeune femme jouait principalement là dessus. Elle cherchait des hommes de son âge, pour les draguer en leur faisant croire à une camarade oubliée. Mais ce jour-ci, Hanna fit l'erreur de lancer un regard à cet homme, ce genre de regards que l'on prend uniquement quand on a un mensonge à faire passer. Et l'homme ne s'y laissa pas prendre. Il avala d'un trait le reste de son café, se leva en disant à Hanna:
    "Désolé, mais je ne connais ni ai connu une seule Hanna dans ma vie."

    Hanna ne put que le suivre des yeux alors qu'il quittait la salle. C'était bien la première fois qu'un homme se refusait de la sorte à elle. Et curieusement, cela ne fit qu'attiser son désir de l'avoir entre ses draps. Elle avala le reste de son cocktail, laissa le verre sur la table, et suivit l'homme alors qu'il quittait le café. Il s'arrêterait bien à un moment, et Hanna s'excuserait, avec l'envie secrète qu'il se laisse attendrir.

    Elle n'eut pas à marcher longtemps à sa suite, restant tout de même discrète. Il tourna dans une rue, passa un portail ouvert. Hanna l'y suivit. Elle le suivit également alors qu'il passait une porte vitrée. Mais elle n'aurait jamais pensé se retrouver dans un endroit pareil. Ici, c'était un peu comme dans un hôpital, les murs et les sols carrelés, l'odeur d'antiseptique qui flottait dans l'air. Hanna pensa d'abord que c'était une clinique, mais elle ne connaissait pas de clinique qui soit basée dans les environs...

    Finalement, elle porta un regard autour d'elle. En haut d'un pur était insctit, sur une plaque de cuivre "St Mary's Asylum". Elle s'était rendue dans un asile! Mais que faisait donc cet homme? Sans doute un médecin ou un psychologue, ce qui aurait d'ailleurs expliqué comment il avait pu découvrir sa ruse. Hanna était restée immobile dans le hall d'entrée.

    Une personne s'approcha d'elle, une femme. Hanna tourna le regard vers elle, battit un instant des paupières.
    "Bonjour..." dit-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Vofa Vitlaus
    Psychiatric Nurse ;; Organs and corpses are her best game

avatar

Féminin
.âge : 24
.date d'inscription : 25/06/2009
.messages : 21
.credits : (c) Just Banana, et gif (c) FoX


─ Secret Tale ─
.who i am: asylum nurse
.desire: nothing
.address book:

MessageSujet: Re: Why does so strange places exist in this world? / with Vofa   Ven 26 Juin - 21:49

Sa concentration était maximale. Restait-il un poumon gauche dans l'un des bocaux restants? Suspense. Vofa se pencha vers les boîtes transparentes, et les détailla de son regard d'experte. C'était l'un des seuls moments durant lesquels elle ressentait une forme de satisfaction quelconque, si jamais elle gagnait, cet après-midi. Ses yeux glacials se promenèrent de bocal en bocal, à la recherche d'un poumon gauche, mais... Il lui semblait bien qu'il n'y en avait pas. Mince! C'était raté pour aujourd'hui. Demain, elle essaierait à nouveau, ou bien durant les cinq prochaines heures, si jamais elle obtenait une pause de la part de ses supérieurs... Mais maintenant, il fallait qu'elle range tout ça. Plongeant à nouveau ses mains gantées dans le cadavre de Mademoiselle Babeth, l'infirmière remit les organes de la journée dans leurs bocaux respectifs, qu'elle avait très consciencieusement classés. Et voilà, il n'y avait plus qu'à refermer à la va-vite ce cadavre: personne n'irait vérifier son état, de toute façon.

Vofa referma la porte de la salle aux bocaux avec son pied, de peur de laisser des traces de sang ou autres bouts d'organes sur la poignée. Bon... maintenant, il fallait qu'elle aille se laver les mains, et reprendre son service: pas le temps de manger! Madame Cox avait encore un peu besoin d'aide, car ils avaient testé ce matin-même une nouvelle technique d'électrochocs, afin de calmer sa paranoïa. Et ils n'étaient pas encore sûrs que cela avait fonctionné, donc ils voulaient son avis, en temps que plus grand cauchemar de Madame Cox. La jeune infirmière inspira lentement, vérifiant cent fois que personne ne l'avait vue sortir de la salle aux bocaux: elle n'avait absolument rien à faire ici... Enfin, elle avait le droit d'être ici, mais pas de s'amuser à remplir des cadavres vidés avec des organes pris au hasard. Mais elle n'y pouvait rien, c'était son jeu préféré, et bien le seul...

Elle était maintenant sûre qu'il n'y avait eu aucun témoin, comme toujours d'ailleurs. Vofa se dirigea promptement vers une salle de bains, mais elles étaient toutes prises par des médecins... Il ne lui restait plus qu'une ultime solution: passer par le hall pour aller dans les toilettes des visiteurs. Oui, parce que certaines personnes étaient assez siphonées pour espérer discuter avec des malades mentaux... Cela se voyait qu'ils ne vivaient pas avec eux à longueur de journée... Ils ne viendraient plus jamais, s'ils avaient un exemple de la conduite des malades de plus de cinq minutes! La jeune infirmière enfouit ses gants ensanglantés et constellés de morceaux légèrement inquiétants pour les quidams dans les poches de sa blouse, et se mit à traverser le hall, ses mains plongées dans ses grands poches lui donnant un air patibulaire.

Mais soudain, la sortant de ses pensées, on la salua.

Il s'agissait d'une jeune femme tellement plus belle qu'elle (bien que toutes soient plus belles qu'elle, d'après l'Islandaise) que Vofa ne lui offra aucun semblant de sourire. Bon, très bien, elle n'en donnait jamais à personne en temps normal, mais elle ne se forcerait pas à le faire cette fois-ci. Pas de la jalousie, juste la haine qu'elle se vouait à longueur de temps. Son mépris qu'elle avait d'elle-même la poussait à ne jamais vivre heureuse, ou alors à vivre pour se dénigrer. Mais les malades ne semblaient pas s'en soucier, sauf peut-être le schizophrène, Monsieur Stanley.


« Bonjour. »

Elle était à sa place, dans le hall: Vofa n'avait rien de plus à lui dire. Mais il fallait qu'elle fasse son travail subalterne d'infirmière, à savoir aider les visiteurs à trouver leur chemin... Sans réfléchir, la jeune Islandaise murmura:

« Bon, alors, par-là, c'est l'accueil. Vous pourrez y demander le numéro de chambre de la personne que vous voulez visiter. »

Elle ne s'était pas rendue compte qu'elle pointait la direction de ses deux gants recouverts de sang et d'organes, et tenta de continuer comme si de rien n'était. Un air toujours aussi impassible sur le visage, elle remit ses mains dans ses poches, et regarda ailleurs.

« Passez une bonne journée. »

Vofa se dirigea vers les toilettes publiques de l'asile, mais ils étaient bondés. Qu'avaient donc toutes ces femmes à venir au moment où elle en avait besoin? Vofa se mordit la lèvre inférieure, puis se mit mine de rien dans la queue. Mais avec cette jeune femme qui avait sûrement remarqué ses mains, cela n'allait peut-être pas être si simple...
Revenir en haut Aller en bas
Hanna M. Creasey
    Enjoy the life - Com' on Guys

avatar

Féminin
.âge : 24
.date d'inscription : 18/06/2009
.messages : 38
.credits : (c)Capri4


─ Secret Tale ─
.who i am: consultante en journalisme
.desire: enjoy myself
.address book:

MessageSujet: Re: Why does so strange places exist in this world? / with Vofa   Sam 27 Juin - 16:20


    « Bonjour. »

    L'infirmière avait répondu sèchement, sans même un sourire pour la jeune femme. Même si cela surprit un peu Hanna, elle ne lui en voulut pas. Travailler dans un asile ne devait pas être simple tous les jours, encore moins que de travailler au contact de malades. Parce qu'ici, soigner un patient demandait tellement plus de temps, et elle avait entendu dire que les malades mentaux ne guérissaient que très peu, malgré toute l'attention que l'on pouvait leur porter. Hanna ne releva donc pas.

    « Bon, alors, par-là, c'est l'accueil. Vous pourrez y demander le numéro de chambre de la personne que vous voulez visiter. »

    Hanna eut un mouvement affirmatif de la tête. Oh non, elle n'était pas venue pour visiter quelqu'un, loin de là. Mais elle n'allait pas non plus avouer directement comment et pourquoi elle était arrivée ici. Son regard suivit la direction que l'infirmière pointait... de ses mains ensanglantées. Elle avait faillit ne pas le remarquer, et pourtant c'était sans doute une chose que l'on remarquait facilement: des gants blancs couverts de sang et de... d'autres choses que Hanna n'arrivait pas à identifier. Des bouts de choses entre le rouge et le marron... qui ressemblaient étrangement à l'idée que Hanna se faisait des organes humain. L'infirmière continua comme si de rien n'était:

    « Passez une bonne journée. »

    Par réflexe, Hanna répondit.

    "Merci, vous aussi..."

    La jeune femme suivit l'infirmière du regard alors qu'elle s'éloignait vers les toilettes des visiteurs. *Sans doute pour se laver les mains* pensa-t-elle. Hanna lança un regard circulaire dans la pièce, mais personne n'avait l'air d'avoir remarqué ce qui venait de se passer... mis à part cet homme au regard étrange qui en la quittait pas des yeux. Elle sentit ses cheveux se hérisser sur sa nuque, et elle se tourna vers l'accueil. Elle n'avait certes rien à faire là, mais souhaitait toujours revoir cet homme... Une pensée la traversa soudain: l'infirmière qu'elle venait de croiser savait surement où il se trouvait. Malgré la répugnance que lui donnait l'idée de revoir les gants ensanglantés, elle se dirigea vers les toilettes des femmes.

    L'infirmière était en bout de queue, ses mains plongées dans les grandes poches de sa blouse comme pour cacher ses gants. Hanna s'approcha d'elle, prit place à la fin de la queue, puis lui demanda:

    "Excusez-moi... Je pourrais vous poser une question..."
Revenir en haut Aller en bas
Vofa Vitlaus
    Psychiatric Nurse ;; Organs and corpses are her best game

avatar

Féminin
.âge : 24
.date d'inscription : 25/06/2009
.messages : 21
.credits : (c) Just Banana, et gif (c) FoX


─ Secret Tale ─
.who i am: asylum nurse
.desire: nothing
.address book:

MessageSujet: Re: Why does so strange places exist in this world? / with Vofa   Ven 3 Juil - 21:23

Peut-être que Vofa aurait immédiatement grillée, si elle avait été un peu plus « humaine ». Mais voilà, son absence totale d’expressions faciales la protégeait assez souvent, car elle lui évitait de se découvrir trop facilement. Et, en l’occurrence, elle était dans une situation nécessitant une gigantesque couverture très opaque… Vofa se tourna lentement vers cette jeune femme qui continuait de la regarder fixement, et pencha légèrement la tête vers la gauche. Pourquoi lui demandait-elle si elle pouvait lui poser une question ? Après tout, tout le monde répond forcément « bien sûr », jamais « non, absolument pas, je m’en vais » ! La jeune infirmière n’avait pas du tout envie de savoir quel genre de question cette femme voulait lui poser, et garda les deux mains profondément enfoncées dans ses poches.

De deux choses l’une : si la jeune femme voulait lui demander pourquoi ses gants étaient si ensanglantés, elle ne lui répondrait pas que c’était son travail : marre de dénigrer sa profession, à la fin ! Mais si elle lui demandait autre chose… Bah, après tout, ce n’était pas possible qu’il s’agisse d’un autre sujet. Encore que… Non, non, aucune question à se poser sur cela : elle devrait répondre de ses actes. Mais qui pouvait imaginer qu’elle s’amusait avec des cadavres ? Qu’elle était peut-être pire que ses patients ? Qu’elle s’amusait d’une activité pareille ? Personne, sans aucun doute. On ne pouvait pas comprendre des goûts pareils, inspirés par l’ambiance de l’asile dans lequel elle passait sa vie…

Elle préférait être ici que dans son appartement bizarre. Vofa y vivait depuis plusieurs années avec une jeune Coréenne, qui était peut-être aussi timbrée qu’elle… Mais il faudrait qu’elle pense à l’examiner, un de ces quatre. Mais en attendant, elle devait répondre à une question ! Réfléchissons. Cette jeune femme qu’elle n’avait jamais vue semblait regarder autour d’elle, et son regard s’arrêtait sur toutes les personnes en blouse blanche du hall. Cherchait-elle… quelqu’un du personnel de l’établissement ? Sûrement, et dans ce cas, cela ne concernerait pas ses gants ensanglantés. Peut-être que l’avenir s’illuminait un peu, après tout.


« Bien sûr, chercheriez-vous quelqu’un ? »

Elle n’aimait pas vraiment poser de questions aux gens : ils se découvraient d’eux-mêmes. Mais en cette occasion, elle devait détourner l’attention de la jeune femme de ses mains. Observant de haut en bas l’inconnue, la jeune infirmière plissa les paupières. Elle savait toujours exactement ce qu’il se passait dans la tête des gens, étant subordonnée à la vaste tâche de trier le cerveau des gens. Et de s’amuser avec, parfois… Mais bon, passons. En cet instant, elle savait parfaitement ce que pensait cette jeune femme.

« Un séduisant docteur. »

Ce n’était même pas une question : Vofa en était certaine. Rien ne lui servait d’expliquer comment elle avait deviné ça : la jeune femme saurait sûrement que c’était son métier, après tout. Et Vofa travaillait toujours avec précision et finesse, évidemment. Penchant la tête sur le côté, l’Islandaise continua de la fixer de son regard inexpressif. Rien ne paraissait troubler ses traits de porcelaine, comme toujours, mais son intérêt pour l’inconnue s’était légèrement dissipé. Elle ne venait donc pas visiter quelqu’un, mais était entrée ici pour draguer. C’était tout. Dommage…

Mais Vofa eut l’idée de secouer un peu cette jeune femme, en lui faisant une proposition riche en mystères :


« Voulez-vous que nous le retrouvions ? Dans les couloirs ? »
Revenir en haut Aller en bas
Hanna M. Creasey
    Enjoy the life - Com' on Guys

avatar

Féminin
.âge : 24
.date d'inscription : 18/06/2009
.messages : 38
.credits : (c)Capri4


─ Secret Tale ─
.who i am: consultante en journalisme
.desire: enjoy myself
.address book:

MessageSujet: Re: Why does so strange places exist in this world? / with Vofa   Dim 5 Juil - 12:54


    Hanna regarda l'infirmière tourner la tête vers elle, une totale neutralité d'expression sur le visage. C'était d'ailleurs étonnant. Quand elle posait ce genre de question, Hanna avait l'habitude de voir une pointe d'interrogation dans le regard des gens, ou alors de l'agacement, selon ses interlocuteurs. La jeune femme pensa un instant que cela devait faire partie de son travail, après tout, elle travaillait surement avec des personnes qui prendraient la moindre de ses faiblesses pour la retourner décuplée à son visage. *Mais pourquoi est-ce que je lui trouve des excuses ?* pensa Hanna. C'était sans doute là l'un des défauts qu'Hanna n'arrivait pas à s'enlever. Rien n'était grave, chacun avait une excuse à un comportement inhabituel.

    Et si cette infirmière n'avait juste pas d'excuse à sa froideur d'avant et à son absence d'expression ici... Si elle n'avait ne serait-ce qu'une parcelle d'humanité acceptée, elle ne le serait pas. Le regard d'Hanna plongea sur le badge que l'infirmière portait sur sa blouse : "Vofa Viltaus". Un nom qu'elle n'avait jamais rencontré. Des consonances slaves, quelque chose de froid dans ce prénom. Hanna ne le savait pas, mais cette théorie était confirmée : l'infirmière était en effet islandaise... un pays froid et nordique.

    « Bien sûr, chercheriez-vous quelqu’un ? »

    "Oui... je chercherais..." Hanna laissa un silence, pendant lequel elle eut un regard circulaire autour d'elle. Si l'homme qu'elle cherchait se trouvait dans les parages, elle n'aurait plus besoin de l'aide de cette infirmière et la laisserait... se laver les mains en paix.

    Hanna porta de nouveau son regard vers la jeune infirmière, n'ayant pas trouvé l'objet de ses envies. La jeune islandaise la dévisagea des pieds à la tête. En même temps, la robe courte qu'elle portait montrait bien ce à quoi elle voulait jouer cette après-midi. Mais cette infirmière était insensible, elle ne le devinerait pas facilement. C'est d'ailleurs pour cela que quand Vofa prononça une nouvelle phrase, Hanna en fut très surprise.

    « Un séduisant docteur. »

    Hanna dut ouvrir de grands yeux. Non, ce n'était pas humainement possible, surtout vu la totale neutralité que laissait transparaitre l'infirmière. A moins que... si beaucoup de femmes venaient chercher ce "docteur", cela n'en était pas le moins du monde surprenant. Elle demanda à l'infirmière comment elle avait su que Hanna cherchait ce "séduisant docteur", sachant tout de même au fond d'elle que Vofa ne lui répondrait peut-être pas.

    « Voulez-vous que nous le retrouvions ? Dans les couloirs ? »

    Hanna ne sut pas exactement pourquoi, mais malgré l'air mystérieux que l'infirmière avait en cet instant, qui poussait la raison de la jeune femme à hurler dans son crâne qu'il ne fallait pas faire confiance à du personnel médical inexpressif et qui de plus avait les mains recouvertes de sang et d'organes venus d'on-ne-sait-où, elle acquiesça d'un signe de tête. *Hanna, tu es stupide*

    En cet instant, elle avait juste l'impression d'être une gamine. Une jeune fille qui cherchait son "namoureux" dans la cour de récréation, aidée par ses amies tout aussi puériles qu'elles. Elle faillit se rétracter, dire à Vofa qu'en fait, elle avait un rendez-vous urgent, qu'il fallait qu'elle parte, qu'elles verraient un autre jour pour ce docteur. Mais après tout, maintenant qu'elle avait accepté, elle pouvait se risquer à aller voir jusqu'où elle pouvait mener Hanna. Au pire, il lui suffisait de se souvenir du parcours qu'elles allaient faire à travers les couloirs pour pouvoir retrouver la sortie si jamais cela tournait mal.

    "D'accord, vous préférez vous laver les mains avant j'imagine..."

    Hanna porta son regard sur les grandes poches de la blouse de Vofa, lesquelles abritaient encore les gants ensanglantés... à moins que la blouse n'ait déjà absorbé tout le sang... était-ce une tache de sang qu'elle voyait à la couture de la poche...? Hanna essaya de se persuader que non, sans toutefois y arriver totalement. La jeune femme adressa un semblant de sourire à l'infirmière.

    "Au fait, moi c'est Hanna..."
Revenir en haut Aller en bas
Vofa Vitlaus
    Psychiatric Nurse ;; Organs and corpses are her best game

avatar

Féminin
.âge : 24
.date d'inscription : 25/06/2009
.messages : 21
.credits : (c) Just Banana, et gif (c) FoX


─ Secret Tale ─
.who i am: asylum nurse
.desire: nothing
.address book:

MessageSujet: Re: Why does so strange places exist in this world? / with Vofa   Dim 5 Juil - 21:49

Vofa n’adressa pas un seul regard à ses poches, malgré la remarque de la jeune femme. Ses mains commençaient à être parcourues de picotements, à force d’être enfoncées de la sorte dans sa blouse. Elles lui paraissaient lourdes, comme formées par du béton, et elle remua difficilement les doigts pour essayer d’évacuer cette sensation désagréable. Ses jointures craquèrent, ses gants en latex couinèrent, et elle sentit des morceaux séchés au fond de ses poches. Elle connaissait très bien ce genre de choses : les organes s’étaient durcis et éparpillés au fond de sa blouse, tout comme le sang qui commençait à coaguler sérieusement. Ses gants ne devaient plus être si sales, à présent, ce qui ne l’empêcha pas de les garder soigneusement cachés.

La jeune infirmière se racla bruyamment la gorge pour que la jeune femme n’entende pas les résidus craquer dans ses poches, et elle pencha à nouveau la tête sur le côté, un peu comme une poupée désarticulée. La jeune inconnue lui proposait de se laver les mains, donc elle avait remarqué le sang, et tout le reste. Ce n’était, après tout, pas très étonnant, mais toujours ennuyeux… Vofa répondit à la jeune femme, d’un ton très professionnel :


« Non, ce n’est pas la peine. Pas encore. »

La fin de cette phrase pourrait effrayer l’inconnue, mais Vofa commençait à s’en moquer totalement. Comment dire… elle avait vécu tellement de déconvenues, de brimades, de moqueries, qu’elle avait fini par ignorer tout ce qui la concernait. Elle en avait juste assez, et son air inexpressif était un rempart contre tout ce qui lui avait fait mal. En l’occurrence, elle n’avait pas spécialement mal, mais préférait faire attention. Une jolie jeune femme, cherchant un docteur très séduisant, cela ne lui disait rien qui vaille. Vofa, éternellement dans le rôle de la chandelle ? Elle en avait assez !

Mais la jeune femme lui avait dit son prénom. Hanna ? Super. Un prénom qui pouvait attirer pas mal d’hommes dans son filet, pas un prénom bizarre comme le sien… Vofa n’aimait pas ses origines, elle avait tout fait pour oublier ses parents, leur implacable dureté à lui faire pêcher des poissons maigrelets, à s’écorcher les doigts sur les hameçons, à laisser des larmes geler sur ses joues au milieu de la banquise, devant un trou dans la glace… Vraiment, cette Hanna n’avait pas vécu un huitième de la souffrance de l’Islandaise. Mais… pourquoi pensait-elle à tout ça ? Hanna ne l’avait pas provoquée, ni rien, elle lui avait juste dit son prénom !


« Ah. »

Elle ne savait pas quoi répondre de plus : le reste était inscrit sur son badge. Rien d’autre à dire. Ah si : par où elles commenceraient.

« Nous allons d’abord chercher dans la salle d’attente du fond. »

Il y avait deux salles d’attente : une pour les visiteurs et les poseurs de questions, et une autre pour les malades. Ils étaient placés là jusqu’à nouvel ordre, enfin jusqu’à qu’on les mette dans une chambre adaptée à leur maladie. Vofa emmena Hanna jusqu’à cette salle, puis lui montra du menton un homme vêtu d’une blouse blanche, encore flou.

« Est-ce lui ? »

En voulant s’approcher de lui, car elles ne pouvaient distinguer son visage, Vofa se fit attraper le bras par un homme qu’elle n’avait jamais vu auparavant : il s’agissait sûrement de l’un de ses futurs patients. Il prit sa main gauche gantée, le regard perdu mais envieux, et arracha ses deux gants pour les serrer entre ses mains. La jeune infirmière, d’un geste très précis, professionnel et redoutable, les lui reprit des mains. Elle les jeta dans une poubelle stérilisée, puis revint vers Hanna, les doigts recouverts de poudre de latex.

Le docteur en question avait les cheveux bruns, mi-longs, et un sourire ravageur, bien que cela n’atteigne pas spécialement Vofa. Il parlait avec entrain, chose étrange dans un établissement de santé, et faisait de grands gestes des bras pour appuyer ses propos. Propos adressés à une femme hagarde, la bouche entrouverte, qui ne paraissait pas comprendre un seul mot de sa part. Vofa tourna seulement ses pupilles vers Hanna, d’un regard froid mais interrogateur.
Revenir en haut Aller en bas
Hanna M. Creasey
    Enjoy the life - Com' on Guys

avatar

Féminin
.âge : 24
.date d'inscription : 18/06/2009
.messages : 38
.credits : (c)Capri4


─ Secret Tale ─
.who i am: consultante en journalisme
.desire: enjoy myself
.address book:

MessageSujet: Re: Why does so strange places exist in this world? / with Vofa   Mar 7 Juil - 15:35


    « Ah. »

    C'était vrai qu'un "enchantée de vous rencontrer, moi c'est Vofa" lui aurait arraché la langue. Mais Hanna se retint de faire cette remarque désobligeante. De toute façon, qu'aurait-elle gagné à faire cette remarque? un regard inexpressif et une demande obligée de quitter l'établissement. Donc rien qui pouvait l'aider.

    « Nous allons d’abord chercher dans la salle d’attente du fond. »

    A mesure que les mois passaient, Hanna se rendait de plus en plus compte de la puérilité de certaines de ses attitudes. Si elle s'était vue, elle aurait surement vu une fille gâtée qui n'aime pas que l'on lui refuse quoi que ce soit, son jeu était ce jour-ci un homme un peu récalcitrant. Elle aurait bien voulu changer cet aspect-ci de sa personnalité, mais c'était tellement difficile...

    Depuis sa majorité, elle courait les hommes et ceux qui s'étaient refusés à la tentation se comptaient sur les doigts de ses mains. Elle avait voulu devenir adulte... et pourtant d'une certaine façon, ça avait raté. Même dans des activités "adultes", elle arrivait toujours à trouver une pointe de puérilité. Que fallait-il qu'elle fasse pour arrêter un moment et devenir enfin plus adulte?

    Les deux jeunes femmes s'avancèrent en silence jusqu'à la salle d'attente. Comme toutes les salles d'attente, elle avait été aseptisée, sentait les produits médicaux, la javel et l'angoisse. Entre les visiteurs qui auraient préféré aller n'importe où plutôt que dans l'asile et les patients aux regards perdus, Hanna ne se sentait absolument pas à sa place, loin de là. Elle avait eu la mauvaise idée d'avoir été possessive.

    « Est-ce lui ? »

    Elles approchaient un homme en blouse blanche, brun avec les cheveux mi-longs. Il aurait pu être attirant, mais il n'était pas du tout le genre d'hommes de Hanna. Et la connaissant, son "genre d'hommes" était une notion assez vaste. Mais ce n'était pas le docteur du café, non. Il était plus grand, et plus attirant. Elle adressa un signe de tête négatif à la jeune islandaise.

    "Celui que j'ai rencontré serait un... psychologue, j'imagine, il a su deviner ce à quoi je pensais quand je lui ai adressé la parole la première fois. Je ne sais pas si ça vous aide, il doit y avoir un certain nombre de psychologues ici..."

    Un homme, ou une femme, Hanna n'aurait pas su le déterminer, s'avança vers elle. Cette personne avait une démarche chaloupée, un sourire ivre et un regard dans lequel la folie ne se cachait pas. Hanna sentit son estomac se nouer et recula d'un pas, alors que la personne faisait un nouveau pas vers elle. S'adressant à Vofa, elle lui dit:

    "Je dois vous embêter si vous m'aidez à chercher un docteur au lieu de vous occuper des... de vos patients... Si vous voulez, je peux remettre ça à une autre fois, cela ne..."

    La personne s'avança encore, Hanna termina sa phrase dans un déglutissement angoissé. Elle n'avait jamais eu à se retrouver aussi proche de personnes de ce genre, et elle devait avouer que c'était angoissant... Elle jeta un regard paniqué à la jeune islandaise, priant au fond d'elle pour qu'elle comprenne son embarras.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Why does so strange places exist in this world? / with Vofa   

Revenir en haut Aller en bas
 
Why does so strange places exist in this world? / with Vofa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 07. Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde
» You met me at a very strange time of my life. |-| w/ Harley Teller
» places pour la finale du top 14 à vendre sur le site de la lnr ce vendredi 16h00
» STRANGE/ COMICS/ BD SUPER-HEROS EN GENERAL
» * Strange Scotland •• Time OF Maraudeurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
high.voltage :: .MEDICAL AND CORRECTION PLACES. :: St Mary's Asylum-
Sauter vers: